Nouvelles :

Bonnes vacances à tous, et courage à ceux qui doivent présenter des examens en septembre !
Accueil
Le cadre
Notre restaurant scolaire
Notre équipe : contact
Les grilles horaires
Les cours
Nos activités
Le Monde de l'ARG
L'Appeau
L'Amicale
Témoignages
S'inscrire
Liens utiles
Les 5èmes et les 6èmes à la rencontre du Solar Impulse


Le 12 mars, nos élèves se sont rendus au Spiroudôme pour assister à une conférence intitulée « Solar Impulse. Des ailes pour l’avenir ».

Comme le dit Bernard Picard, un des deux pilotes de l’avion, on se dit parfois : « It’s impossible because he never dares to try ». C’est ainsi qu’il souligne l’importance de l’optimisme et de la confiance pour faire voler ce « Rêve ». En effet, le Solar Impulse est grand comme un airbus (3 m. d’envergure), il a le poids d’une voiture (1600kg) et il produit l’énergie d’un scooter pour se déplacer à 70 km/heure.

Mais pourquoi consacrer tant de ressources financières et humaines pour faire voler un avion avec de l’énergie solaire ? Parce que ce n’est pas qu’une aventure scientifique et que les enjeux humains sont considérables. Il est vrai que ce projet a pour but non seulement de transmettre des valeurs comme le respect de la planète ou encore l’esprit pionnier au niveau scientifique et technologique ; mais, aussi, de faire passer des messages chers aux yeux des concepteurs de l’appareil comme, tout simplement, prouver que la chimie n’est pas toujours source de problème comme la pollution et qu’elle peut aussi être une des composantes de la solution, notamment quand il s’agit de trouver des matériaux ultralégers. Ou encore donner du « fighting spirit » aux jeunes générations en leur insufflant la volonté de résoudre les problèmes qui peuvent surgir avec un mental de gagnant. Comme ils ont pu l’expérimenter eux-mêmes au sein de leur aventure, la volonté humaine peut déplacer des montagnes. Leur persévérance a été mise à rude épreuve quand ils se sont aperçus que les avionneurs refusaient de construire le Solar Impulse. Loin de se décourager, ils n’ont pas hésité à s’adresser à un chantier naval. Ainsi, c’est comme si cet avion était un bateau. Il faut aussi ajouter que ce projet ne serait rien sans la valeur de certains hommes. On peut d’abord citer les deux pilotes : Bertrand Picard, qui vient d’une dynastie de scientifiques et qui avait lui-même fait le premier tour du monde en ballon, ainsi que André Borschberg, qui est ingénieur. Ces deux hommes complémentaires ont su allier l’aspect visionnaire de l’entreprise et la nécessité du concept. Mais ce projet, c’est aussi toute une équipe de 75 personnes dont les 70 % n’ont pas d’expérience aéronautique et également 80 partenaires pluridisciplinaires qui vont chacun apporter leur spécificité.

En conclusion, nos élèves ont pu prendre conscience que ce pari scientifique, ce rêve de pionniers est devenu une réalité, qui s’est matérialisée en un tout du monde et qui, aujourd’hui, est bien prise au sérieux par les milieux scientifiques et financiers. Comme quoi il est peut-être nécessaire de repenser le rôle de l’entreprise au sein de notre société…

Josefa Martos
professeur de français et d'espagnol